Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsPublicationsCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Je meurs de toi"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
oeillet
Nouvelle plume
Nouvelle plume
avatar

Féminin
Vierge Rat
Nombre de messages : 32
Age : 32
Localisation : rhone
Date d'inscription : 05/01/2012

MessageSujet: "Je meurs de toi"   Mer 7 Sep 2016 - 21:50

« Je meurs de toi »


Il est tard, 
Je meurs de toi, ce soir,
Laissez-moi traîner ma peine,
Comme un forçat,
Du haut de sa citadelle,
Qui n’a, ni foi, ni loi, ni fortification en elle,
Ma foi, je l’ai laissé t’envahir,
Et désormais, comme un boulet,
Je traîne sur mon front,
La fièvre bien trop pressante de te caresser,
Ton front, ton visage, tes mains en doigts de fées,
Soudain, me vient un ardent besoin,
Comme une folle à lier,
Toi, mon ami, toi mon allier,
Que je risque bien de faire fuir,
Qui ne me quitte jamais,
Probablement, le seul homme à qui j’aurais dû me donner,
Parviens, jure de me délivrer,
De mes maux de trop grande qualité,
Cette fièvre, informe, qui m’inonde,
Ce « recevoir » sans pouvoir « donner »,
C’en est assez….
Le désir monte comme une douce ennemie,
Entre nos corps décharnés,
Désincarne-moi,
Je te prie,
De ta flûte  aux pâles reflets,
Je veux noyer ma peine,
Aux creux de tes bras,
Généreux ou souffreteux:
Que m’importe le flacon,
Tandis que j’ai ce parfum en tout,
Un antidote un peu trop amer à ton goût,
Je coule des larmes à long flots,
Pour te témoigner bien plus que ce que tu m’as livré,
Un pétale qui ne fane jamais,
Dans les tristes nuits de Paris,
Juste pour faire reluire tes yeux grisés,
A ton cou, comme une enfant, je me veux m’agripper,
Pour soigner le mal et ainsi, nous délivrer.
J’écris, sans me grimer,
Pour ne pas sombrer,
Dans le précipice dont tu t’amuses à m’encombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Tigresse
Gagnant d'un concours sur le forum
Gagnant d'un concours sur le forum
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 2759
Age : 66
Localisation : Dans la Maison de Séron
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: "Je meurs de toi"   Jeu 22 Sep 2016 - 12:23

Ecrire, sans se grimer, avec les mots du coeur, c'est un baume qui grime la souffrance, la solitude, le mal être et bien plus encore Bravo Bec

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A

*****************************
Bonjour  Invité  Rire
Revenir en haut Aller en bas
 

"Je meurs de toi"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Sardou, Romain] Quitte Rome ou Meurs
» [Forbes, Elena] Meurs avec moi
» Plus jaloux que moi, tu meurs !
» Je ne meurs pas, je m'envole...
» [Les éditions J'ai lu] Meurs avec moi de Elena Forbes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-