Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsPublicationsCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Un cœur endurci"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
oeillet
Nouvelle plume
Nouvelle plume
avatar

Féminin
Vierge Rat
Nombre de messages : 32
Age : 32
Localisation : rhone
Date d'inscription : 05/01/2012

MessageSujet: "Un cœur endurci"   Mer 31 Aoû 2016 - 12:12

Un cœur endurci

Mon cœur endurci
Par la mouise vécu
Ne réagit plus

Je ne suis plus émue
Je ne suis plus la même
Je planque mes « je t'aime »

Ma vie vermoulue
En ce jour fourbu
Est endolorie

Mon esprit têtu
Part à la dérive
Enfant de la rue

Je m'en vais voguer
Je tangue sereine
Jusqu'à la décrue

Et pour ma déveine
J'observe déchue
Mon canot rompu

Lorsque j'ai le trac
Cliques et claques en main
J’entame un refrain

Quand je dois parler
Je sens qu'on m'assiège
La fièvre m'atteint

Lorsqu'on me protège
Je ne sens plus rien
Qu'une odeur de neige

Lorsqu'on m' tend une main
Je ne vois qu'un piège
Prisonnière d'un écrin

Par peur de ses griffes
Je plonge ma tête
Et n'y vois plus rien

Alors tout s'arrête
Le noir devient vif
Et l'espoir s'éteint

Lorsque l'on me drague
De toute ma nargue
Je sors mon canif

Mais jalouse je guette
Depuis ma fenêtre
Ma fleur défraÏchir

Lorsqu'on me complimente
Je nie,je démens
Par peur de rougir

Je vois une guerre
Venir effrayante
On m'en voit mourir

Lorsqu'on me caresse,
Je triche,je me cache
Par peur de blêmir

Lorsqu'on me tourmente
Je joue l'arrogante
Glacée à frémir

Lorsqu'on m'a parlé
J'ai baissé les yeux
Pour ne pas flancher

J'esquive les uns
Esquissant l'embrun
D'un ciel ombragé

Rageuse comme un chien
Je cesse d'être sage
Quand l'orage nous vient

Mais petit à petit
La fougue se tait
La braise s'éteint

J' n'ai pas d'endurance
Mais lui mon orgueil
Accroît sa cadence

Songeant à mon deuil,
Par trouille du linceul
J'accélère la danse

Ma cervelle se serre
Mes neurones s'emmêlent
Je manque d'oxygène

Quand l'ire s'en mêle
J'erre alors sans gêne
On crie au sacrilège

Quand je loue le bien
Je pense un manège
Que j'imagine malsain

Quand je t' aperçois
Je sens venir en moi
L'envie de partir

Tellement apeurée
Je reste figée
Ne sachant que dire

Quand j'ai le vertige
Je m' évanouie
Par crainte de tomber

N'en plaise aux comblés
Ma timidité
Est controversée

Je sens toute l'horreur
De la folle furie
Qui vient me hanter

Presque tombée du nid
Je suis une erreur
Oubliée de la vie

Perdant sa valeur
Aimant ses confrères
Seulement en inertie

Mon organe séché
Plus dur qu'un cailloux
De coups est cogné

Confuse ,en détresse
Croyez ma misère
Que je vous confesse

Car dans mes prières
Mon esprit sans liesse
Cesse d'être meurtri

Moins anéantie
Chassant ma couardise
Je vaincs la terreur

Alors adoucie
Je conjure alanguie
L'augure du bonheur

Dans mes rêveries
Je sonne mon cœur
Je suis attendrie

Mais l'audace s'enfuie
Ce songe n'est qu'un leurre
N'est qu'une utopie

Lorsque la lune douce
Offre un lit de mousse
Je pleure de chagrin

Pourtant elle si belle,
Me voyant aigrie
S'arrête à mon frein

Oui lorsqu'elle m'étreint
C'est elle qui soudain
A peur de mes soins

Quand elle me sent
De son pale croissant
Elle passe son chemin

Elle s'amoindrit
Éclairant la nuit
Aux cœurs attendris

Pleine et ronde ici
Son halo laiteux
Creuse mes insomnies

Enfin quand on m'aime
Mon âme de bohème
Est prise d'une flegme

Mais un doux voile
Au loin sur la scène
Efface les étoiles

Le soleil enflé
Laisse entrer l'ardeur
D'une chaleur si gaie

Je m'endors trop las
D'avoir été fière
Comme un roc gelé

Je laisse l'éclat
De l'astre doré,
De joie m'enlacer

Et, lors de sa venue
Gommer le tracas
De mon cœur craquelé

Et moi l' inconnue
Ayant aguerri
Un autre endurci

Comblée par le bien
D'avoir averti
Mon repos revient

Ainsi délivrée
Avait disparu
Mon mal, mon dédain

La morne parure
De mes airs traqués
S'évanouirent enfin

Hélas voilà pour sûr
Criblés de morsures
D'autres orphelins

La nature tant crainte
Recèle des délaissés
Rongés de blessures

Au sein d'une armure
Vivent des créatures
A bénir, à blâmer

Fidèle à mon image
Existe un paysage
Amer et malmené

La lune, le soleil
De toute leur merveilles
Sont des épargnés

Les montagnes si belles
De toute cruauté
Sont dures à priser

Les gazelles frêles
Sont des proies dociles
Faciles à piéger

Venues dans un monde
Sans un lit douillet
Pour se reposer

D'une giclée cinglante
Leur robe élégante
Viendra s'étioler

Leurs échasses émérites
Prises de vélocité
Prennent la tangente

Mais l'horrible mort
Qu'on leur a dictée
Viendra véhémente

De crocs désarmées
Elles portent pour défense
La seule grâce élancée

Qui ne suffira pas
A la férocité
Des panses affamées

Toutefois leur naïveté
Leur permet parfois
De trouver un repos

Mais toujours aux aguets
Tremblantes, apeurées
Elles s'agitent hébétées

Leur yeux mouchetés
Sont tristes et hésitent
Méfiants à pleurer

Appâts ou hameçon
Deux sortes d'errances
Aux mêmes ambitions

Faibles ou possédés
De toute évidence
Demeurent figés

Sous leur apparence
Les esprits minés
Cherchent une délivrance

Un cœur bringuebalant
Durement forgé
Sait taire sa souffrance

De son ambivalence
Il faut déceler
L'aveu inavoué

D'une morgue déployée
Eclose en silence
Pour se protéger

Un cœur endurci
Au secret enfoui
Et dissimulé

Vous lançant des cils
Une somme de regrets
Est impressionné

Une tendresse cachée
Requiert une ivresse
Rude à estimer.

\


Dernière édition par oeillet le Mer 31 Aoû 2016 - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8497
Age : 64
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: "Un cœur endurci"   Mer 31 Aoû 2016 - 14:28

Chaque vers n'ayant pas le même nombre de pieds, l'écrit peut être considéré composé sans contraintes métriques.
Par contre, en poésie, chaque vers doit commencer par une majuscule.
Sinon, j'aime assez ce genre de poésie.
:tournesol

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoète
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/
Pierre Wattebled
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 361
Age : 73
Localisation : 73410 La Biolle
Date d'inscription : 12/12/2005

MessageSujet: Re: "Un cœur endurci"   Jeu 22 Sep 2016 - 11:45

L'écriture peut être une délivrance...Désillusions, rancœurs, amertume, oui il faut les déposer là...puis réapprendre l'espoir que je sens sourdre dans les mots. Amitiés.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Pierre WATTEBLED
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Un cœur endurci"   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Un cœur endurci"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le coin des célibataires (endurcis ou non) ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-