Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsPublicationsCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme meurent les arbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Vierge Chien
Nombre de messages : 2108
Age : 71
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Comme meurent les arbres   Jeu 10 Sep 2015 - 20:49

Comme tout arbre meurt, il est mort en silence,
Sans soupir lentement ses feuilles ont jauni,
Ses branches ont séché en lui faisant l'offense
De choisir ce printemps où tout s'épanouit.

Dans le soleil levant, il n'avait plus la force
De retenir la vie que lui chantait le vent,
Pourtant son cœur blessé au sein de son écorce
Rêvait encor des bois où il vivait avant.

Mais l'homme a abattu peu à peu tous ses frères,
Seuls ses pieds dans les rocs l'ont alors épargné,
Le condamnant ainsi au destin solitaire
Dont il s'enfuit enfin dernier de sa lignée.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017


Dernière édition par Goebel Jeannie le Ven 11 Sep 2015 - 22:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Jeu 10 Sep 2015 - 21:59

C'est assez émouvant. Dommage que les vers 1 et 9 soient faux.
Comment veux-tu qu'on lise le vers 9 d'ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Vierge Chien
Nombre de messages : 2108
Age : 71
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Ven 11 Sep 2015 - 20:26

Bonsoir Orphée XXI,

Tout d'abord merci pour le coup de main, j'ai rectifié mes deux vers boiteux, par contre :
"Comment veux tu qu'on lise le vers 9", là je ne comprends pas ?

Amitiés
Jeannie.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Ven 11 Sep 2015 - 22:16

On pouvait le lire de deux façons, me semble-t-il ; mais les deux auraient été fautives (hiatus ou diérèse impossible). A présent, il est bon.
Le vers 1 est toujours faux : com-m(e)un - ar - bre - meurt - il - est - mort - en - si - lenc(e)
                                                1         2        3      4        5      6    7       8       9    10     11
Revenir en haut Aller en bas
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Vierge Chien
Nombre de messages : 2108
Age : 71
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Ven 11 Sep 2015 - 23:00

Bonsoir et merci OrphéeXXI,

Grâce à ton aide, j'espère l'avoir rectifié correctement.

Amitiés
Jeannie.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8512
Age : 65
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Sam 12 Sep 2015 - 8:04

Comme tout arbre meurt, // il est mort en silence, = 6 // 6 rime féminine
Sans soupir lentement // ses feuilles ont jauni, = 6 // 6 rime masculine
Ses branches ont séché // en lui faisant l'offense = 6 // 6 rime suffisante féminine
De choisir ce printemps // où tout s'épanouit. = 6 // 6 rime pauvre masculine

Dans le soleil levant, // il n'avait plus la force = 6 // 6 rime féminine
De retenir la vie // que lui chantait le vent, = 6 // 6 rime masculine
Pourtant son cœur blessé // au sein de son écorce = 6 // 6 rime suffisante féminine
Rêvait encor' des bois // où il vivait avant. = 6 // 6 rime pauvre masculine

Mais l'homme a abattu // peu à peu tous ses frères, = 6 // 6 rime féminine
Seuls ses pieds dans les rocs // l'ont alors épargné, = 6 // 6 rime féminine
Le condamnant ainsi // au destin solitaire = 6 // 6 rime pauvre féminine
Dont il s'enfuit enfin // dernier de sa lignée. = 6 // 6 rime pauvre féminine

Richesse de la rime :

La rime pauvre : 1 seul phonème (= son) en commun exemple : maman, paon
La rime suffisante : 2 phonèmes en commun exemple : échelle, belle
La rime riche : 3 phonèmes en commun exemple : masque, fantasque

Dans la dernière strophe, il manque l'alternance des rimes masculine/féminine

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoète
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Sam 12 Sep 2015 - 9:40

L'association d'une rime masculine et d'une rime féminine est en effet proscrite par les "règles" classiques, mais elle se trouve chez les poètes modernes.
Il me semble qu'il faut avant tout se soucier de faire des vers réguliers.
Je ne parle évidemment pas pour moi.
Le gros problème avec les vers mesurés, c'est qu'il ne faut pas que les règles soient un obstacle trop grand à la parfaite expression des idées et des images : dans beaucoup de poèmes que je lis ici (et ailleurs), l'expression souffre de cet assujettissement : on supprime des articles, on introduit des "béquilles", on choisit des mots qui vont moins bien que d'autres parce qu'ils offrent une belle rime... Les grands poètes classiques et romantiques, à de rares exceptions, avaient assez de virtuosité et de métier pour accorder parfaitement "la rime et le sens" et pour donner l'impression que leurs poèmes n'auraient pas pu être écrits autrement. Quand on choisit d'écrire avec ces règles, il est évidemment difficile d'en faire autant.
Cela dit, connaissez-vous l'anecdote concernant ce magnifique passage de la fin de Booz endormi (V. Hugo, la Légende des Siècles) ?

Tout reposait dans Ur et dans Jérimadeth ;
Les astres émaillaient le ciel profond et sombre ;
Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l'ombre
Brillait à l'occident, et Ruth se demandait

Immobile, ouvrant l'œil à moitié sous ses voiles,
Quel dieu, quel moissonneur de l'éternel été,
Avait, en s'en allant, négligemment jeté
Cette faucille d'or dans le champ des étoiles.

Jeannie, ton poème aussi est riche de belles images, je tenais à te le dire !
Revenir en haut Aller en bas
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Vierge Chien
Nombre de messages : 2108
Age : 71
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Sam 12 Sep 2015 - 10:10

Bonjour Gérard,

Je vais essayer de faire plus attention et vais revenir relire les règles de la poésie, en particulier pour ma dernière strophe : je pensais que "épargné" était une rime masculine, quant à lignée c'est vrai que je n'ai pas pensé au "e" final.

Merci infiniment de ton aide.

Amicales bises
Jeannie.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Vierge Chien
Nombre de messages : 2108
Age : 71
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Sam 12 Sep 2015 - 10:23

Bonjour OrphéeXXI,

Je crois que l'anecdote concernant le poème de Victor Hugo, Booz endormi concerne le premier vers avec "Jerimadeth"  nom créé par le poète, la déformation de "Je rime avec", mais il faut déjà avoir un "grand nom" pour oser le faire !

J'essaie toujours de faire attention, mais je n'arrive pas à écrire un poème correct, et je te remercie infiniment de l'aide que tu m'apportes.

Amitiés
Jeannie.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Sam 12 Sep 2015 - 10:39

Pour "Jérimadeth", c'est encore pire que cela : Charles Péguy, dans son livre Victor-Marie Comte Hugo, nous apprend que le mot signifierait "j'ai rime à -dait" (la finale de "demandait" !). Faire ce calembour dans un tel passage, il faillait oser. Je citerais bien Péguy, mais son style, si particulier avec ses demi-répétitions, m'obligerait à reproduire au moins une page !
Oh ! Quand je m'apprêtais à me déconnecter, j'ai vu Hugo, en frontispice du site,  me lancer un drôle de regard !
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8512
Age : 65
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Sam 12 Sep 2015 - 11:12

OrphéeXXI a écrit:
Oh ! Quand je m'apprêtais à me déconnecter, j'ai vu Hugo, en frontispice du site,  me lancer un drôle de regard !
T'inquiète pas, il en a vu bien d'autres !
Mort de rire HaHaHa

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoète
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8512
Age : 65
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Sam 12 Sep 2015 - 15:07

Orphée XXI a écrit:
L'association d'une rime masculine et d'une rime féminine est en effet proscrite par les "règles" classiques, mais elle se trouve chez les poètes modernes.
Crois-tu nous apprendre quelque chose ?

Distinguer dans les vers le fond et la forme; un sujet et un développement; le son et le sens; considérer la rythmique, la métrique et la prosodie comme naturelles et facilement séparables de l'expression verbale même, des mots eux-mêmes et de la syntaxe; voilà autant de symptômes de compréhension et de sensibilité en matière poétique.
Jeannie, pour tout ça, tu as parfaitement raison de te contraindre aux difficultés de la prosodie classique.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoète
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Vierge Chien
Nombre de messages : 2108
Age : 71
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Dim 13 Sep 2015 - 0:03

Bonsoir OrphéeXXI,

Merci pour les précisions sur "Jerimadeth". Je crois que le drôle de regard de Victor Hugo était un clin d'œil amusé !

Amitiés
Jeannie.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Vierge Chien
Nombre de messages : 2108
Age : 71
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   Dim 13 Sep 2015 - 0:07

Bonsoir Gérard,

J'essaie de me contraindre aux difficultés de la prosodie classique,  souvent sans succès, mais je persévère !

Amicales bises
Jeannie.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme meurent les arbres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme meurent les arbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [AIDE] Utiliser son téléphone comme clé 3G+
» Holga D. comme... Digital
» Le riz comme au Chinois du coin.
» [AIDE] Utiliser le hd2 comme modem avec la connexion Wifi
» [INFO] utilisation du hd ou hd2 comme modem chez tous les operateurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Vos poèmes classés en grimoires :: Goebel Jeannie 1946-2017-