Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
Faire lire sa poésie sur FacebookVitrine du SiteAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une vie

Aller en bas 
AuteurMessage
tofka
Gagnant d'un concours sur le forum
Gagnant d'un concours sur le forum
avatar

Masculin
Gémeaux Buffle
Nombre de messages : 1343
Age : 57
Localisation : landes
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Une vie   Mar 28 Avr 2015 - 2:47

Une vie
 
Une vie qui ne vaut rien coule chaque jour un peu plus vite, turbulente au fil des écueils effrontément posés par cette infidèle jeunesse, faisant fi du regard de l’ancien qui soudain la scrute et l’accuse...
Une vie pour rien à se laisser bringuebaler dans les feintes morbides de l’amour à peine entrevu !
Et la solitude pesante de l’âme inassouvie qui ne veut pas mourir sans savoir pourquoi !
 
 
Alors, il se souvint d’une pierre au son creux qui attisa la curiosité de l’enfant vagabond, le forçant jour après jour à la marteler sans répit de son silex.
Un trésor, un mystère, qu’importe ! L’outil dans sa main fut celui de l’artisan œuvrant avec courage et persévérance, son ami qui au-delà de la réalité le portait vers ses rêves de grandeur...
« La quête est plus importante que l’aboutissement » sera le seul écho qui lui sera revenu en réponse à ses prières !
Il en quitta Dieu, Mahomet, bouddha et tous les seins de dépit. Il mourut un temps pour renaître sans l’avoir vraiment voulu, et recommença.
Une  vie pour l’autre, un devoir, un sacerdoce qu’il mit à exécution, sans doute, sans espoir non plus. Une Foi de plus dans le néant d’un orphelin.
Tout en abnégation, il s’attela au joug de la famille, labourant de tous ses socs l’aride du quotidien pour en faire un oasis de paix et de bons sentiments y semant les graines d’une existence sans peine, sans haine.
Que nenni !
Le vent de la misère se rappela à son bon souvenir, celui de son engeance. Un diable de destin qu’une photo sur un miroir lui soumit un jour de lune ensanglantée du dernier souffle exhalé par ses aïeuls disparus.
Prends et va ! disaient-ils en espagnol…
 
Oran, année 1938. Main dans la main allaient un grand père et son petit-fils le long de l’allée des oliviers, quelque part dans le nord... de l’Algérie. Deux chti’s du sud en goguette cherchant pour l’un l’évasion, pour l’autre l’initiation.
Pour mieux convaincre, Les jupons se dévoilaient de plus en plus au fur et à mesure de leurs pas incertains et l’affichage de leurs maigres bourses. S’enfonçant dans les petites ruelles pas fréquentables, les larrons trouvèrent enfin guêpières à leur convenance et de la peu fière besogne s’acquittèrent…
Un vent de misère s’annonçait sous le soleil calme de l’Oranais.
De Vichy s’en vint l’annonce discrète d’une fin promise pour les impurs. Inexorable, cruelle et revancharde !
 
Et passa le temps détestable des guerres…
 
Oran, année 1962. Sur le bateau qui les emmenait vers des horizons plus sereins, mourraient de désespoir les déracinés. Au loin s’éloignaient les tombes de leurs aïeux…
Marseille, Paris, Belfort, autant de faux havres que de paroles haineuses les attendaient. Sans le sou, l’échine courbée, ils avançaient vers un destin qu’ils ne maitrisaient plus.
Mais même le malheur s’épuise et enfin ils trouvèrent terreau à leurs charrues.
Bordée d’une petite rivière, la masure et son petit jardin se révéla comme une terre promise et la vie reprit son cours. Ni les températures glaciales de ces hivers sans fin, ni l’humidité qui rongerait petit à petit la santé de mon père ne venaient à bout de leur entêtement à vouloir reconstruire une histoire pour leur progéniture. D’autres racines, d’autres fruits, un autre monde.
 
Ainsi je trouvais le long de ce cours d’eau, cette pierre qui fit aussi de moi ce que je suis aujourd’hui, l’amant de ce voyage merveilleux qu’est la vie, envers et malgré tout, bercé par l’amour et le regard fier de mes ancêtres.
 
Entends-tu, ami, résonner ce bruit réveillant dès le petit matin les oiseaux endormis dans la campagne apaisée ?
Un vieillard qui frappe de son silex la roche pour se rappeler le sens de son existence. C’est le son de l’espoir qui sonne le glas de la mort.
Pas de Dieu, pas de Diable, juste la foi d’un simple quidam qui ne faisait que passer et te salue…
 
Tofka

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Mon grimoire
Revenir en haut Aller en bas
http://tofkann.lebonforum.com/forum
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8693
Age : 66
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Une vie   Mar 28 Avr 2015 - 8:46

Texte écrit avec le cœur sur le cheminement d'une vie plutôt chaotique.
On y apprend que malgré toutes les épreuves, avec l'entêtement nourri d'un amour de la famille, on finit par arriver à se refaire un oasis de bonheur.
C'est une belle leçons de vie et je souhaite à ta "tribut" tout le bonheur auquel elle est en droit d'attendre.
Amicalement

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/
 
Une vie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Vos poèmes classés en grimoires :: Tofka 1961 - 2018-
Sauter vers: